La ville rouge

Charles PASCAREL.jpg

Parfois dans le rêve, le vent ébouriffe
Le duvet sur ses cuisses entrouvertes.
Obscène et assise sur le parapet, pensant
Au ciel serein de sa chanson,
Par des humidités de mademoiselle,
Elle est certaine d’aimer ce moment.
Quel espoir nous mène ici et nous y retient,
Ces objets sont massifs et cruels.
Ils donnent l’impression d’une possibilité
D’arrangement avec le temps perdu,
Alors qu’il ne s’agit que d’un verre de vin
Sur lequel des bouches se penchent
En haut d’une terrasse de joie volée.

Crédit image : Charles Pascarel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s