Un esquif

IMG_1746.jpg

Tout à fait précis au théâtre de nous mêmes
Levons nous le rideau à la manivelle
Sur une scène où les trahisons sont admises ;
La maladie est aussi un théâtre sans entracte.

Quand on vieillit on admet bien des trahisons car
Les hommes disparaissent avec vulgarité et
Il vaut mieux s’habituer à cette vulgarité.

Quand on vieillit on se contente d’approcher
Les idées par une pente insatisfaisante.

La précision vient de l’utilité de compter les points.
Cela vaut tout à fait de gagner, et même, après
Réflexion, de perdre par une courte marge,
Il nous manque de ressentir une salutaire indifférence.

Je veux dire nous sommes affairés,
J’aurais dû être heureux des jours,
Je suis triste du solde, je ne vois que la fin
Quand s’accumule la vie par ses tours.

L’arrangement des viscères, celui de la matière
Devrait n’être qu’un dispositif
Sans pôles simplistes, sans positif, ce devrait
N’être qu’une manière d’avoir un temps raison
Mais pour l’essentiel, un baratin, un esquif.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s