L’épée dans les reins

Je suis entré dans une nuit involontaire habitée de questions,
Damoclès, j’avance à tâtons et si je crois frôler une réponse,
Elle est couverte par le bruissement des ailes de l’aigle. Celui
Bercé de mes soins et qui dorénavant me dévore les reins.

Crédit image : inconnu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s