A la merci d’un courant violent 

IMG_0833

Si j’en veux à la rareté de nous imposer
L’éloignement des contemplations,

L’heure du monde cependant
Est à un autre regret :

Celui d’avoir subi
Le déplacement de la ligne de front.

On méprise dans une haine recuite
Chaque patrie que je me suis choisie,

Et l’on conspire pour que les enfants là bas
Dorment dans les décombres,

Et l’on prétend que ces coupables sont à plaindre,
Or rien de cela n’est honnête.

Villes où j’ai vécu, il est un courant triste
Qui m’a partout éloigné de mes contemplations.

Crédit image : Tshl

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s