L’éternel contrarié

Dans ce corps, le seul qui me reste, et fleuri de tâches vermeilles,
J’habite en maugréant le réveil. Les aiguilles dans mes bras
Murmurent jusqu’au sang, et les clepsydres aux potences
Se répètent jusqu’au vide. Derrière ma robe fendue,
On voit mon cul au moindre pas, mais j’avance, j’avance.
J’ai parfois mon doigt sur l’alarme qui fera lentement
Venir les blasés de la blouse. L’assurance ne dit pas non,
La vie ne dit pas oui, je ne dis pas que j’ai le temps.

Crédit image : Eisenman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s