Gendarme couché sur la route de l’oubli

Gendarme couché sur la route de l’oubli, le demain ralentit
Une main sur la portière pendant que le soleil s’infime.
Du haut parleur ouvert au grand largue on entend, remontant,
Jean Luc Delarue : des nouvelles de sa mort. Autant le dire,
Jean Luc, la fontaine est opaque. On ne le reconnaît pas.
Sa compagne a vécu dix ans sans qu’il ne vienne au micro,
Elle ne veut aucun sortilège ici même. Ressusciter serait
Un danger aussi redoutable que les siphons tapis en mer.
Te rends tu compte maintenant, la tristesse du monde ?

Crédit image : Life

Une réflexion sur “Gendarme couché sur la route de l’oubli

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s