Bacchus et Perceval

tumblr_5e6aa2e39aa6d19ab4f5f6dc6a10e84a_9b9a205f_540.jpg

J’ai fait une petite croix ici, à bientôt maintenant.
Lève un bras courbé, et pose le sur mon épaule,
Dansons à la tristesse d’être à la merci des passants ;
De quoi la coupe est-elle rougie jusqu’à son col
Quand jouir est une loi proclamée par le tyran ?
Qui est donc riche comme toi, sans compter qui se donne ?

Nous sommes si rares dans ce triste siècle déjà fini,
A défier avec joie le gouvernement des hommes,
Se payant en douce de papiers et de pièces jolies.
Les gens s’habituent à l’administration des choses
Quand toi qui change avec les saisons, me souris ;
Je sais ceci de vous, l’avenir est une métamorphose.

Crédit image : John Beasley Greene

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s