L’emboutissage

Les usines du lieu ont changé de propriétaire, puis de pays,
La vallée ne connait plus ses lieux de vacarme or
Ce qu’on entend est tout autant répétitif. On entend
Le bruit lancinant des organisations et des réorganisations,
Des choses subtiles sont rétamées par les répétitives stratégies.
Le travail moderne qui se veut discret fait un bruit de caporal
Comme il embosse les existences prises une à une.
Il y a une manière qui caractérise comme on s’y prend,
On isole l’être, un à un, et du bruit des choses vraies.
Le salarié est placé devant le cornet lancinant du salaire,
Forcé d’entendre et recevant sa compensation de spectateur.
Quand tout n’est plus que bruit, la fonction du management
Est de faire croire que l’organisation joue de la musique ;
L’usine braillarde est là, dans l’hypocrisie symphonique.

Crédit image : André Robé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s