Royaume

Quatre âmes dans cette économie en vain ;
L’une à vendre le pain, l’une à vendre l’eau
L’une à être le souverain, l’une à n’être rien.

Et chaque mot aiguisé,
Et chaque regard mauvais ;
Le moindre bruit inquiet,
Tout qui puisse arriver.

Pus qu’une voix voulant élever le jeu,
A certains il ne reste qu’une carte en main,
Et d’autres ne souhaitent plus la jouer.

Quatre âmes dans ce royaume de rien ;
Et chaque coup retenu,
Chaque sanglot étranglé,
Le rocher et la plaie,
La famille et le royaume.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s