Je suis votre égal

Je suis votre égal,
Je laisse s’empiler les messages
Remarquant lassé combien leur nombre
Passe les carrés parfaits à intervalles croissants.
400 c’est trop à mon goût, alors je rattrape le temps perdu :
J’explore vers l’avant, je comprends en vidant les poubelles,
J’explore vers l’avant, je comprends la parole me retournant.
Et quand elle est résumée, la poésie est une forme malveillante.
Le monde prend sa revanche par email et me submerge par profession.
La jeunesse s’achève avec la possibilité de s’éloigner de son passé :
C’est de cette exactitude dont il s’agit de s’entretenir,
Quand on a l’occasion de se croiser dans les hotels.
Je sens la pression s’accroître presqu’à l’arrêt,
Vous me verrez donner le change bien rangé
Et faire ce pourquoi j’avais les moyens,
Cheveux collés, sourire certain,
Dans la monnaie de mon labeur.

Crédit image : N. Motorin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s