La clairière

IMG_2935.JPG

J’attendrai dans une clairière après avoir marché longtemps
Et j’aurai en tête la valeur des sommes qu’aucune suite n’atteint.
Mon livre de jours comportera des pages blanches,
Et en certains endroits évoquera ton souvenir.

On ne viendra pas me chercher en ce lieu, on me laissera verdir
Au passage des saisons et des nuages, des rosées et des nuits.
Je dis clairière mais j’entends la métaphore d’une bibliothèque,
Je parle de somme telle une équivalence du temps passé à lire.

Pour celui qui s’est perdu, la question n’est pas de survivre
Elle est de revenir dans les ronces qu’Héraclite fait pousser.
J’évoque une clairière mais c’est d’une lumière qui tombe
Au fond d’un puits qu’il faudrait parler, jour comme nuit,

Puis de la rosée comme ton souvenir. En vérité je suis une figure
Aussi froide que dure, une administration du temps qui passe.
Mais j’ai par les méandres dessiné un visage tourné vers le jour,
Je dis clairière et j’en fais la métaphore d’une montée à l’air libre.

Crédit image : Holly Blakey – Square One

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s