Un bruit de drap mouillé qu’on fouette avant d’étendre

IMG_2752.JPG

Nous l’avons éloigné

Nous avons éloigné les morts de peur d’une épidémie

 

Et les fous de peur d’un désordre

 

A vingt ans travaillé à la morgue et à trente à l’asile
Et nous essaierons encore avec
Cette fichue jeunesse dont on fait un baluchon.

 

Et dire qu’on s’amuse ici des procédés de rois

 

Quand il suffit de comprendre des choses subtiles
L’illusion d’une fenêtre sur la ville

Un gouffre devient une pièce de musée

 

Un gouffre devient un meuble à monter soi même

 

A la fin ce sont des vieux qui se battent
Ecrivains du carnage dans les lumières du jardin

 

Quand tout est dit ce sont des jeunes qui se battent
Avec un doute persistant sur les intentions d’Orphée

 

Villes des fumées grises à la merci
D’être Lot plutôt qu’Abraham

 

Et d’avoir choisi la bonne moitié de la terre immense devant nous

 

Pour celui qui murit la lumière en ses entrailles
N’importe quelle partie suffit
Quelque soit la qualité et sa quantité

 

Un bruit de drap mouillé qu’on fouette avant d’étendre
Peuple adolescent
Nous essaierons encore, nous essaierons à nouveau.

 

Crédit image : Xenia Lau – Amarna Miller

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s