Chaque chose digne est sur le point

iu-2.jpeg

Un jour que j’avais fait le deuil de toutes les façons
Et sur les routes en colimaçon, some girls liking science fiction,
Un jour où je commençais par poser une question :

Au moment du passage à l’éternité de ces idiots verra-t-on
La masse humaine soumises aux gigantesques marées elliptiques,
De celles qui disloquent les étoiles à l’approche des abysses ?

Et d’un coté les vivants et d’un coté les mourants
Enroulés sur l’histoire comme une pâte sans levain, quand
La technique est un jeu fermé où seule une carte m’importe ;

Celle ci, le deux, la faible, la dernière dans ma manche,
Et ce n’est pas parce que je n’aurais rien à cacher
Que j’ai envie que tout le monde le sache. Car

Je suis cette bête abrupte pour avoir dépeint le visage oublié ; dans
Mon pays où je tiens, chaque chose tenue est sur le point d’être sue,
Sur celui de me sauver de mes patiences, et sur celui d’avoir un sens.

C’est encore en disparaissant qu’elle se disent
Puisqu’elle sont toujours là à l’affut de notre éternité
De celle qu’il ne faut pas aimer et laisser aux idiots qui s’imaginent.

Crédit image : Angel-A

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s