Avec des arcs et des flèches

Félix Vallotton- -Madame Vallotton and her Niece- Germaine Aghion-- 1899.png

Les gens sont d’une jalousie extrême
Et c’est dû au fait qu’ils n’aient qu’une vie
Mais fussent ils immortels
Ils s’ennuieraient des choses matérielles
Autant qu’ils s’y enivrent.

L’homme de bien quand il parle ainsi
Se voit reprocher la facilité de méconnaître
Les effets du manque.
Mais la longue litanie de ses trophées
Affiche autant ses lacunes :
Il veut tout pareil celui qui fait défaut.

Et donc une fois comblés les désirs
Des plus nécessaires aux superflus,
Chacun est sommé de rester dans
Le clos de son insatisfaction.
Il vaudrait mieux passer les frontières
Par l’ajout à la somme de ses expériences.

Si la beauté n’est pas présente
Il faut la créer avec l’espoir d’une conversation,
Si jamais un regard neuf ne se substitue
Au confort d’un processus,
Il faut en inverser les rouages,
Espérant jouir du temps de sa nouvelle fonction.

Sortir du désir par le haut ne peut se faire
Sans une émotion créatrice, je dis
Emotion car celle-ci n’est sujette à
Aucune économie de l’échange
Et créatrice car seule la création
Ajoute au monde de façon indiscutable.

Crédit image : Félix Vallotton, « Madame Vallotton and her Niece, Germaine Aghion », 1899

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s