Le dos nu, l’incendie

IMG_2128 -1-.jpg

Nous n’étions rien pour elle avec nos chants parfaits de morts très lointains
Et nous progressions dans la carrière avec un ventre
Tendu et plein.
Sur le dos nu de cette femme ancienne à la manière de jeux de lumière
Nous n’étions rien dans cette géométrie et nous allions
Une corde dissimulée sous la simarre,
Pour nous extraire des situations et nous pendre de ne rien en sauver.
Car nous avons laissé l’irréparable pénétrer la chambre de notre enfance,
Et nous avons laissé les nourrices vénéneuses
Allaiter le peuple des foires nocturnes.
Maintenant il faut choisir l’illégitime comme recours
Dans l’espoir que la foule dirige sa colère ailleurs ou au delà,
Dans celui que le pire préserve l’essentiel par ricochet, nous croyons sauver
Un galet noirci comme la leçon d’un incendie commencé sous notre garde.
Mais nous n’avons rien retenu de la fumée qui pesait l’ensemble du monde.
Nous ne sommes plus les porteurs du feu qui nous fut tendu par nos pères.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s