La relève et la peste

-The Misfits- directed by John Huston- 1961. Photo by Ernst Haas.jpg

A chaque époque, son illusion directrice.
Je me souviens par exemple que les futuristes
Avaient la nostalgie des bruits de moteur
Alors que la machine restait à inventer.
Je parle de celle qui ment avec perfection
Et dont la seule différence mécanique
Sera, mais pour un temps bientôt final,
De ne pas s’appartenir, en un mot
De vivre une vie de serf et nous savons
Comment se finit l’existence
D’immortels esclaves mis à notre service.
Restons naïfs, à chaque époque on voyage
Avec des gens qui n’ont pas d’autre projet
Que de mettre au rebut trois quarts de l’humanité.
Et la question qu’il faut se poser alors,
Au profit évident de la relève et de la peste,
Est de savoir si nous pouvons survenir
Durant la durée de notre vie biologique.

Crédit image : « The Misfits » directed by John Huston, 1961. Photo by Ernst Haas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s