J’entends sa plainte à l’écouteur

François Dupuy.jpg

J’entends sa plainte à l’écouteur
Alors qu’il faudrait combler
Par toutes les voies de la joie
La blessure qui fit béer le puzzle.
Ces anges sont terribles
Lorsqu’ils reviennent au soir
Nullement assagis par
Le chant carré des rabbins,
Car nous aurions assez de sang
Entre eux et nous
Pour établir une danse joyeuse.
Mais les orphelins sont les fossiles
De l’amour des mères, et
Dans leur éducation j’entends
Tous les oracles du trouble futur.
Quel incroyable travail
Fut imposé par le hasard des gènes
Et j’ai reçu assez de lettres du libre arbitre,
Pour ne pas désespérer des choix impossibles.
Nous n’avons pas choisi
Une vie facile quand il fallait choisir,
Nous n’avons pas demandé
Une issue quand nous étions
Dans le labyrinthe,
Nous avons refusé ce que nous
Ne pouvions accepter et
Nous avons persévéré
Jusqu’à entendre sa plainte
Sans pouvoir y répondre.

Crédit image : François Dupuy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s