Evenire

4923726_6_2bec_jim-jarmusch-a-cannes-le-19-mai-2016_02fe2ad28175901129e204e8d6064b3a.jpg

La montée des marches du palais
Ressemble à une foire aux bestiaux ;
Ponctué des cris de maquignons aux lisières,
C’est un marché aux esclaves versant
Des deux flancs d’une misère,
L’un dépend du choix de Pâris – Pâris est choisi -,
L’autre de la nécessité d’exhiber les éperons de la gloire.

Je n’ai pas bien vu la vie belle en ces regards nus,
Mais j’ai reconnu les craintes que le mot de passe
Soit d’une fortune très courte.
J’exagère à peine, et d’ailleurs le compte est fait
D’une autre manière : n’oublions pas les oubliés,
Vous savez : ceux qui n’eurent pas de prix
Dans la litanie des choix contemporains
De nos frères vivants qui autrefois vécurent.

Nous ne pouvons cesser de chérir l’illusion
Qu’il se passe quelque chose de notre vivant.
Or il se passe qu’une telle fut nue, qu’une telle trébucha
Qu’ils furent distingués et qu’ils furent élus,
Et que les marques au bon endroit furent placées.
Il se passe en somme que cette année
Fut pareille aux suivantes.

Crédit image : Jim Jarmusch – Le Monde – Cannes 19 Mai 2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s