De la différence

londonsciencemuseumsreplicadifferenceengine.jpg

L’idée d’égalité se heurte sans cesse à nos différences. Et depuis que René Girard a dévoilé le travail du désir mimétique, il est trivial d’indexer le niveau de culture d’une société sur notre capacité à faire vivre une économie libérale de la différence. Quand je dis libérale, je me réfère à une définition précise : est libéral ce qui donne une place centrale au libre arbitre. J’entends par culture la distance à cette chose inconsciente ne qui dort que d’un oeil, la bave aux lèvres, au fond de nos cervelles.

Nous manquons d’imagination et de façon délibérée, voyez vous. La différence est par définition cette modalité qui nous nargue et dont nous n’aurons jamais la qualité. Nous aurons beau inventer toutes les consolations d’un temps métaphysique – et les conditions de notre survivance en son sein -, la finitude nous place fermement dans une cage dont la différence est un extérieur irritant.

Mais j’en viens à mon point. L’homme est un être essentiellement optique disait Vladimir Jankelevich. C’est à dire qu’il classera les différences entre celles qui se voient et les autres. Je n’ai pas besoin d’expliquer pourquoi le départ entre l’homme et la femme est la première de ces évidences. Il n’est donc pas surprenant que les sociétés les plus envieuses – c’est à dire les moins libérales – se traduisent par un traitement infâme de leurs filles. La haine de la différence visible engendre – avant tout racisme, xénophobie, etc. – une misogynie.

Quand à la haine de la différence invisible, elle a son outil de prédilection depuis des millénaires. Il lui suffit de soupçonner le complot d’une clique invisible et choisie. Un groupe d’hommes qui ne différeraient que d’une manière subreptice, et si difficile à cerner. Oui je dis bien ici que l’antisémitisme est la matrice de cette haine de la différence invisible. Ainsi, lorsque vous souhaitez connaître le degré de folie mimétique auquel est soumise une société, et le degré d’avancement de sa culture, il vous suffit de constater le sort réservé aux femmes et aux juifs, c’est à dire à la différence visible et à la différence invisible.

Crédit image : Détail de la machine à différences de Babbage – CNRS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s