Noyaux

FP-02-1024x768.jpg

Où tombent les choses
Dans les ruines de Paris ;
Si la beauté n’est pas de ce monde
Pourquoi les choses tomberaient-elles
Du coté de ceux qui se réjouissent :
Une histoire si longue
Ne peut être si drôle.

Où tombent les choses
Sur la sainte mappemonde
Des silences et des ondes,
Dans un champ de noyaux
De l’Eté suburbain.

Le noyau d’abricot, comment finit la chair,
Celui de pêche dont les diverticules
S’évident aux grandes chaleur,
Celui de cerise
Qui se multiplie dans un bol
Comme celui du groupe
D’appartenance.

Crédit image : Esther Hovers False Positives

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s