Les armoiries évidentes

Avec lui sont revenus dans le présent transparent
Les derniers spectres en noir et blanc et nous nous souvenons
Qu’ils eurent une sympathie pour leurs différences,
Celles fondues dans le creuset des crimes sans prescription.
Les affaires d’hommes sont révolues,
Mais il est bizarre d’enfin savoir la vérité,
Sans avoir même dissipé le moindre mystère.
Cette dernière tâche mineure, l’électeur croit y voir
Le spectaculaire essentiel. Peut être, peut être pas.
L’armée des ombres s’évapore dans une nouvelle aube,
Mais la machine disent-ils en prenant congé,

La machine reste la souricière.

Crédit image : Prairie aka Charles Pasqua

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s