Carpe diem

11146192_845000772228139_3377181773195223634_n

Les camions bâchés roulaient en procession sur la plage
J’y étais je vous le dis, une courte partie de mon âge.
Et l’hémisphère n’était qu’une chose inversée parmi
D’autres, mais il y avait autant dans les terrains vagues
De silices, l’idée du meurtre de Pier Paolo Pasolini
Et l’inversion de la sexualité des maîtres. Je voulais vous dire,
J’étais en Indonésie sans un sou, et j’aurais pu montrer
Sur une carte – les écrans attendraient encore dans le sable –
Ma position aux travestis désintéressés de mon infortune.
C’est dans un hotel d’une ville volcanique de Bali
Que je fus forcé de reconnaître le signe d’une femme
De ma confession. Elle ne portait pas un nom évident,
A la lecture, qui avant moi aurait fait la liste, mais elle
Fit savoir qu’elle m’avait attendu en vain. Depuis
Mes errances invisibles m’ont interdit la foi et son gain.
J’ai souvent l’impression de revenir de ce pays,
Au détour d’un calcul ou bien lorsque je perds le fil,
Avec le peu de choses dont je me souviens encore,
De combien la vie aurait été différente, de combien
Il se serait agi de suivre son inclinaison du moment
En lieu d’accepter l’embarquement pour l’Europe,

Où le Carpe Diem se conjugue dans une langue morte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s